GENRES CINÉMATOGRAPHIQUES

Retour Menu

 

lE POLICIER

 

 

 

        Qu’ils aient pour cadre un mystérieux boudoir anglais ou le désespoir de la ville nocturne, qu’ils fonctionnent par l’énigme ou par la violence, les films policiers relatent une affaire criminelle ou bien le monde du crime et ses règlements de compte. Contrairement au roman réaliste ou à la tragédie classique, dans lesquels l’assassinat n’est qu’un élément parmi d’autres de l’intrigue, le policier fait de l’accomplissement ou de l’élucidation d’un crime le pilier essentiel d’une mise en scène, la psychologie des personnages, la peinture sociale et les réflexions philosophiques restant des composantes de second ordre.

 

 

 

   

 

 

        Le Policier Et Ses Différentes Orientations

        

 

        Dès 1901, Ferdinand Zecca, inspiré par des tableaux du musée Grévin, réalise Histoire d’un Crime, mise en scène qui restera une des œuvres fondatrices du véritable film policier. Quelques années plus tard, plusieurs réalisateurs s’appuient sur la tradition des feuilletons de récits d’aventure et inventent les "serials", ou films à épisodes, dont les intrigues présentent les affrontements d’intrépides détectives et de pauvres victimes avec les forces du mal. La série des Nick Carter, tournée par Victorin Jasset et projetée entre 1908 et 1912, ou bien Les Mystères de New-York, diffusée entre 1914 et 1915 et présentée par Louis Gasnier, sont des exemples marquants de cette tendance et rencontrent un grand succès.

 

        Une autre orientation du film policier exploite la tradition du roman centré sur la recherche du coupable, et met ainsi à l’honneur les héros de la littérature, notamment anglaise, comme Sherlock Holmes, fameux détective crée par Arthur Conan Doyle, ou Hercule Poirot, figure fétiche d’Agatha Christie. Mais le monde de ces deux auteurs, fondé principalement sur l’analyse et la déduction, supporte difficilement le passage à l’écran. Les plus belles réussites du film à énigme demeurent les adaptations des œuvres de George Simenon, dont l’atmosphère extrêmement vivante offre des mises en scène surprenantes comme La Nuit du Carrefour, réalisé par Jean Renoir en 1932, ou Maigret Tend un Piège, tourné en 1957 par Jean Delannoy.

 

        Cependant, ces deux orientations ne constituent qu’une part minime des films qui enrichissent le genre, et leur influence restera relativement limitée au cours de l’histoire du cinéma. Les films à épisodes disparaîtront avant même l’arrivée du cinéma sonore, quant aux films à énigme, ils n’éviteront pas toujours les écueils liés à une tentative d’adaptation d’une œuvre littéraire. Ainsi, les directions les plus fructueuses du policier sont les films criminels d’une part, qui évoquent le monde de la pègre ou les jours d’un gangster, et les films noirs d’autre part, qui entraînent les protagonistes du récit dans des bas-fonds urbains.

 

 

 

 

 

Histoire d'un Crime

Histoire d'un Crime, de Ferdinand Zecca (1901)

Résumé

En prison, un condamné à mort repense à son passé : de l'époque de sa vie où il était un ouvrier honnête, et apprécié des bonheurs simples, jusqu'au jour où il tombe sous l'influence de mauvaises fréquentations, sombre dans l'alcoolisme, devient cambrioleur puis finit par assassiner un employé de banque.

 

 

 

La Nuit du Carrefour

La Nuit du Carrefour, de Jean Renoir (1932)

Résumé

Le cadavre d'un diamantaire est découvert au lieu-dit le Carrefour des Trois Veuves. Le commissaire Maigret enquête auprés des habitants de l'endroit, et découvre que trois d'entre eux, à savoir un garagiste, un agent d'assurance et Else Andersen, la femme du défunt, avaient une bonne raison de l'assassiner.

 

 

Accueil

Le Policier - Suite :

Le Film Criminel >>

 

2002-2007 - Tous droits réservés