GENRES CINÉMATOGRAPHIQUES

Retour Menu

 

le western

 

 

 

        Typiquement américain tant par son cadre géographique que par son contexte historique, le western relate l’épopée des pionniers, récents émigrés européens, s’appropriant d’Est en Ouest le territoire du nouveau monde, conquête qui eut lieu lors de la seconde moitié du 19ème siècle et dont le récit, maintes fois métamorphosé depuis en légende, forgea la mentalité américaine. Mais bien qu’il fut érigé en mythe et soit intimement lié à l’histoire de la nation, le genre ne se restreint pas à la simple incarnation de la bonne conscience américaine, car il en évoque aussi ses doutes ainsi que son évolution.

 

 

 

   

 

 

        Le Western Et Sa Dimension Mythique

        

 

        Le Vol du Grand Rapide, film réalisé en 1903 par Edwin S. Porter, est le premier véritable western de l’histoire ; son thème, sa remarquable utilisation des techniques de montage encore rudimentaires à cette époque, ainsi que son réel succès auprès du public, en feront une œuvre fondatrice de l’esprit du genre. Dès lors, le cinéma offrira un mythe au peuple américain qui en manquait. Jusqu’aux années 1920, les cinéastes, et notamment Thomas Ince, mettent peu à peu en place les règles narratives du western, tandis que sur les écrans, les acteurs, comme G. M. Anderson ou Tom Mix, incarnent des héros dépositaires d’un code moral rigoureux, célébrant la Justice et le Bien.

 

        En 1923, James Cruze tourne La Caravane Vers L’Ouest, superproduction hollywoodienne dont la mise en scène spectaculaire permettra de remettre au goût du jour le western auprès du public qui depuis quelques temps déjà s’en lassait. Durant deux décennies environ, le genre sera illustré, outre les innombrables films cantonnés à la série B, par des œuvres rares autant que prestigieuses telles que Billy The Kid, réalisé par King Vidor en 1930, ou Une Aventure de Buffalo Bill, présenté par Cécil B. De Mille en 1936. Cependant, à l’image d’Hopalong Cassidy, apparu sur les écrans en 1935, les héros de l’époque sont souvent des exemples caricaturaux de droiture, exempts de toutes fautes et sans grand relief.

 

        La première rupture avec l’idéologie bien-pensante du genre a lieu avec La Chevauchée Fantastique, mis en scène en 1939, et dont le réalisateur, John Ford, souligne la solitude de son héros, immortalisé par John Wayne. Une des autres œuvres marquantes annonçant, de manière moins timide, une évolution fondamentale du western est Le Banni, présenté en 1942 par Howard Hawks, mais subira un échec commercial. Cependant, le véritable tournant s’effectue un an plus tard, lorsque William Wellman tourne L’Etrange Incident, film précurseur qui, par sa mise en scène d’un lynchage totalement injustifié, préfigure les profondes remises en question qui seront au centre du western d’après guerre.

 

 

 

 

 

Le Vol du Grand Rapide

Le Vol du Grand Rapide, d'Edwin S. Porter (1903)

Résumé

Des bandits réduisent au silence le télégraphe avant de prendre un train d'assaut et de dévaliser ses passagers.

 

 

 

La Chevauchée Fantastique

La Chevauchée Fantastique, de John Ford (1939)

Résumé

Les indiens sont sur le sentier de la guerre. Une diligence est prête à partir en emmenant entre autres : un joueur, une femme enceinte, un docteur ivrogne, et Ringo Kid, un hors-la-loi tout juste évadé de prison.

 

 

Accueil

Le Western - Suite :

Le Crépuscule d'un Genre >>

 

2002-2007 - Tous droits réservés